Les informations relatives aux clients font partie des données sensibles les plus ciblées par les cybercriminels. Le vol de ces types de données s’accompagne généralement d’une exploitation frauduleuse qui peut causer des dommages importants aux clients concernés, qui à leur tour peuvent exiger une réparation devant le tribunal. Ainsi, l’entreprise sera contrainte d’engager des frais juridiques dans le cadre des litiges qui peuvent survenir post incident, sans compter les amendes prévues en cas d’atteinte aux données personnelles. Découvrez quels sont les impacts juridiques d’une cyberattaque pour une entreprise.

L’obligation de protection des données clients pesant sur les entreprises

La protection des données devient un défi majeur pour les entreprises. La législation en la matière ne cesse de s’améliorer, devenant de plus en plus stricte. Face à la transformation digitale des entreprises, elles sont amenées un plus grand volume de données surtout pour les sites e-commerce. L’amélioration de la relation client, la digitalisation des processus marketing sont à l’origine de nombreux traitements de données personnelles. Ce qui expose l’entreprise à un risque de cyberattaque et les clients à un risque de violation de sa vie privée. Cela représente en général un paradoxe parce que l’entreprise victime risque des sanctions sévères à cause du renforcement de la règlementation relative à la protection des données personnelles.

La législation en la matière tend à s’adapter au développement massif du digital pour mieux protéger les clients. En principe, une entreprise qui traite des données personnelles se trouve dans l’obligation de prendre des mesures adéquates pour la protection de ces données. Cela signifie qu’elle est responsable de la sécurisation des données personnelles des clients, est tenue de mettre en place les précautions nécessaires pour éviter le vol et l’utilisation des informations personnelles des clients. En effet, en cas d’attaque informatique, la première question qui se pose sur le plan juridique  est : quelles ont été les mesures prises par l’entreprise avant la perpétration de l’acte malveillant. Par conséquent, l’entreprise ne doit pas négliger le renforcement de la sécurité de son système informatique.

Des frais judiciaires

En cas de procès lié à la violation des données personnelles des clients, l’entreprise doit surtout démontrer qu’elle a prise toutes les mesures adéquates pour sécuriser les données faisant l’objet du litige.  Dans la plupart des cas, l’entreprise doit engager un avocat pour les accompagner dans leurs démarches juridiques.  Ainsi, il faut prévoir les honoraires des avocats qui sont parfois conséquents.

Des réparations civiles et sanctions règlementaires

Il est possible que les clients obtiennent gain de cause. Dans ce cas, l’entreprise doit payer des dommages et intérêts. En général, une responsabilité civile et pénale pèse sur l’entreprise. Cela dépend de la forme et l’ampleur de l’attaque informatique. Il ne faut pas oublier également les sanctions règlementaires qu’elle peut encourir.

Afin de respecter les exigences légales, la meilleure solution consiste à se faire accompagner par un professionnel en la matière. Les mesures à mettre en œuvre sont généralement des mesures techniques de prévention qui requièrent donc une connaissance plus pointue dans le domaine. D’où l’intérêt de faire appel à un expert comme l’agence Rosemees. Il est fortement recommandé aux entreprises de respecter les standards de protection.