En 2019, les 3/4 des entreprises françaises ont été victimes de piratage informatique. Cette année, les statistiques tendent encore vers un accroissement du nombre d’attaques. Si auparavant les hackers ciblaient de grands groupes, force est de constater que même les PME ne sont pas épargnés. Ainsi, au vu  du contexte actuel, la cybersécurité sera toujours au cœur des débats pour l’année 2021. L’expérience nous a également appris que même un site Web doté d’un système de protection ultra-performant peut toujours être vulnérable car les pirates usent toujours de méthodes de plus en plus subtiles pour parvenir à leur fin. Quels sont donc les principaux risques auxquels les entreprises s’exposent pour cette année 2021 et comment doivent-elles y faire face ?

La menace interne à ne pas négliger

La meilleure manière de lutter efficacement contre le piratage, c’est de former et de sensibiliser les membres du personnel contre les menaces informatiques. L’idéal c’est de faire appel à une boîte de cybersécurité pour assurer la protection des données de l’entreprise.

Toutefois, il faut dire que peu importe le niveau de sécurité de votre système informatique, on ne peut jamais éliminer totalement les risques d’une attaque.  Et quand la menace ne vient pas de l’extérieur, elle peut provenir de l’intérieur.  C’est ce à quoi les entreprises doivent principalement s’attendre en 2021 : les menaces internes. En effet, si on initie les employés à la cybersécurité, il y a des chances pour que ces derniers se retournent contre l’entreprise, soit par pure intention malveillante soit par négligence. On estime que pour l’année 2021, les cas de vols de données par des employés augmenteront de 13%.

Le piratage de données personnelles des clients

En 2021, les risques de vols massifs de données vont encore s’accroître. Cela est surtout dû à la vulgarisation de l’utilisation du cloud et du Big Data. D’une part, il faut savoir que la revente de données personnels des clients s’avère être un business très fructueux pour les pirates. D’autre part, certaines entreprises n’hésitent pas à accepter les offres de ces hackers pour mettre la main sur des informations confidentielles concernant des clients potentiels afin de mieux prospecter et de vendre à ces derniers toutes sortes de produits.

Pour cette année 2021, les pirates vont s’attaquer beaucoup plus aux sites spécialisés au commerce de détail.  Cela s’applique par la  prolifération du  modèle d’échange « Direct-to-customer », une tendance qui accroît les risques de cyberattaque. Ainsi, les entreprises qui veulent directement se mettre en relation directe avec leurs clients doivent développer au préalable un protocole d’urgence pour faire face à toute attaque informatique et développer un programme de sécurité informatique pour protéger les produits et les applications sur son  site.

Les attaques ciblées

Avant, les hackers ont opté pour un processus visant un maximum de cibles pour ainsi augmenter les chances de succès du piratage. En multipliant les attaques, les pirates visent plusieurs entreprises pour tester la vulnérabilité des systèmes de sécurité et choisissent donc leurs victimes au hasard.

Cependant,  en 2021, les hackers pourraient se tourner vers un mode opératoire qui est devenu plus tendance en matière de cyberattaque, à savoir l’APT ou Advanced Persistent Threat. Désormais les pirates ciblent une seule  victime potentielle en utilisant des techniques complexes et différentes stratégies d’attaque, mêlant à la fois phishing et social engineering.

Ce mode de piratage informatique, qui signifie littéralement menace persistante avancée est beaucoup plus furtif comparé aux attaques basiques. Elle est subtilement orchestrée par un groupe de hackers en infiltrant un code malveillant dans le système informatique d’une entreprise. En agissant patiemment, les hackers réussissent à opérer sans prendre le risque d’être détecté par les outils de sécurité informatique.