Dans l’esprit du grand public, le terme « durable » prend une dénotation exclusivement environnementale. Cependant, l’objet du « numérique responsable » ne se limite aucunement à la réduction des impacts environnementaux. La démarche s’intéresse également à la performance sociale et économique.

Le numérique responsable s’organise actuellement en plusieurs principaux périmètres dont la première phase (contribution directe) correspond à Green IT 1.0 et Green IT 1.5. La notation ne fait pas référence à une progression, mais à une différence d’approche dont les interlocuteurs, le pouvoir de décision ainsi que le budget ne sont pas les mêmes. Des projets en parallèle peuvent être menés au sein de ces périmètres.

Green IT 1.0

Green IT 1.0, de l’anglais Green for IT, est une démarche d’amélioration continue qui a pour objet la réduction de l’empreinte écologique, économique et sociale des technologies de l’information et de la communication. Elle passe par la conception responsable de service numérique (en anglais « sustainable design for digital service »). On entend par « conception numérique responsable » (CNR) l’intégration de la performance environnementale et sociale dès les premières instances de la conception d’un produit ou encore d’un service numérique. Vient également se mêler à cette éco-conception la performance sociale. Il est question ici d’optimiser les processus techniques existants dans le but d’allonger la durée de vie active des équipements et d’engendrer des économies d’énergie, et ce, en passant par l’optimisation du système d’information.

Green IT 1.0 rassemble donc les méthodes, les logiciels, les matériels, les services et processus informatiques qui permettent de réduire l’impact des systèmes d’information et des TCI sur l’environnement. L’enjeu principal de la démarche : diminuer l’impact des matériels et logiciels tout au long de leur cycle de vie.

Green IT 1.5

Le périmètre Green IT 1.5 correspond quant à lui aux techniques qui visent à réduire l’impact de l’organisation de l’entreprise sur l’environnement. Il renseigne notamment sur :

  • les techniques qui permettent de réduire les déplacements physiques en passant par la dématérialisation et l’échange des données informatiques ;
  • les logiciels de mesure de simulation et de réduction d’empreinte d’organisation (compatibilité carbone, reporting RSE et outil de pilotage, logiciels de notation de la performance environnementale des fournisseurs).

La création d’un Système d’information développement durable (SIDD) devient nécessaire au déploiement de tous ces outils.