En Afrique, l’investissement en numérique a pour enjeu d’aider le continent à sortir de la pauvreté. Ainsi, de nombreux outils numériques tels que la téléphonie mobile et internet sont déployés en guise de facteurs de développement. Découvrez les grands enjeux du numérique en Afrique.

L’investissement numérique : Internet et téléphonie

Il semble qu’internet ait le pouvoir d’apporter des modifications sur la vie en Afrique. Effectivement, avec des plateformes de e-commerce telles qu’Alibaba, il y a de fortes chances de développement pour le continent africain. En somme, internet est capable de plus que des programmes de développement pour ce continent.

Il n’y a pas que le web cependant qui soit apte à relever cet enjeu. En effet, la téléphonie mobile apporte de grands espoirs en Afrique. Il est à noter que la moitié des habitants vivant sur ce continent connait encore la pauvreté extrême. Heureusement, la technologie du numérique arrive pour accélérer la libération du potentiel de l’Afrique. Ce dernier est perçu comme étant un continent riche en opportunités et en dynamisme. Il est une véritable source de profits pour ceux qui aspirent à investir dans le numérique.

L’investissement numérique en Afrique : Accès à la connexion pour les consommateurs

Chez les jeunes africains, les nouvelles technologies sont carrément en vogue. Ceux qui sont âgés de 15 à 25 ans ne peuvent se passer des TIC en passant par la manipulation des smartphones et des tablettes. La connexion haut débit devient indispensable. Cependant, dans certaines contrées encore enclavées, le web n’est pas accessible. Voilà également un enjeu de taille que les acteurs du secteur numérique peinent à résoudre en Afrique. L’objectif serait de pouvoir offrir cet accès à la connexion à tout le monde. Ainsi, les étudiants pourront se connecter à l’école pour mener leurs recherches comme tel est le cas en Europe. Il serait alors bien de pouvoir accéder au web dans tous les espaces publics de l’Afrique en attendant que chaque étudiant puisse posséder son ordinateur ou sa tablette personnelle.

Ce n’est pas tout, car force est de constater que la technologie mobile a une influence considérable sur le mode de vie des populations en Afrique. Certes, ne serait-ce que dans les grands pays tels que le Nigeria et le Kenya où l’usage de tous les outils numériques permettent l’émergence d’un consommateur africain qui soit connecté en permanence.

Le soutien de l’innovation du numérique en Afrique

Concernant les applications conçues pour le public africain, il faut savoir que leur mise au point passe également par une amélioration de l’accès aux outils digitaux et à internet. Aussi, le financement demeure capital en dépit d’une capacité d’innovation notable dont font preuve les acteurs numériques en Afrique. De ce fait, nombre d’initiatives émergent dans différents pays du continent. Pour les investisseurs, cet enjeu consistant à promouvoir le développement africain à travers la technologie est aussi une opportunité pour générer plus de profit. En effet, grâce au consommateur connecté, aux perspectives de croissance ou encore au développement des services de mobile banking, le monde numérique est perçu comme un secteur prometteur en Afrique. Quoiqu’il faut encore comprendre qu’une connectivité qui s’améliore en Afrique n’a pas uniquement un aspect business. En effet, cela sous-entend aussi des enjeux sur le plant sociologique, technique et culturel. Il convient à titre d’exemple de regagner la confiance du consommateur en lui proposant un service financier abordable. Il sera aussi judicieux de lui permettre d’accéder à un service abordable ou encore à du contenu et à des applications qui soient propres. Les entraves à la connectivité doivent être résolues qu’elles soient localisées dans le secteur privé ou dans le public.

Une aide aux jeunes et aux sans-emploi

Il existe une autre solution qui pourrait propulser le numérique en avant en Afrique. Il s’agit de créer des pôles d’excellence numérique. Ces derniers seraient en fait un genre d’appui aux idées venant des jeunes. Ainsi, ces pôles pourraient recevoir les initiatives de ces jeunes en plus de les traiter. Il convient de procéder à la sélection des meilleurs projets et de contribuer pleinement à leur réalisation. Ce qui revient alors à stimuler la créativité la créativité de la population active. En outre, ce serait encore une excellente réponse au chômage étant donné que la fonction publique ne peut pas proposer de l’emploi pour tous.