Il est difficile d’anticiper les cyberattaques qui peuvent impacter négativement sur l’activité d’une entreprise donnée. Elles peuvent résulter de l’ouverture inopinée d’un seul mail anodin. Seulement, lorsque le mal est fait, il est de rigueur d’en limiter les conséquences négatives. Comment faire pour limiter les conséquences d’une cyberattaque ?

Conséquences d’une cyberattaque : Atténuer les impacts sur l’activité de l’entreprise

Il ne faut pas oublier que les hackers disposent de divers outils pour atteindre leurs buts. Ils veulent collecter des données confidentielles et les utiliser pour demander une rançon en contrepartie. Lorsque les négociations ne sont pas possibles, ils n’hésitent pas à détruire l’entreprise. Dans ce cas, ils vont jusqu’à infiltrer les systèmes informatiques afin d’endommager la structure. Ce qui a une conséquence néfaste sur le fonctionnement optimal de l’entreprise. Certes, cela réduit ou paralyse complètement le système informatique.

Un hacker peut divulguer les informations privées d’une entreprise s’il n’obtient pas ce qu’il veut en échange. En espérant que les responsables informatiques aient effectué des sauvegardes, le mieux est de payer la rançon demandée par l’individu malveillant. Bien que cela ne l’oblige pas à restituer les données, il pourrait tout au moins éviter de les divulguer. C’est pourquoi, les mises à jour doivent se faire périodiquement pour limiter le risque de cyberattaque.

Conséquences d’une cyberattaque : Quid des impacts financiers ?

Encore qu’une cyberattaque n’impacte pas uniquement sur le système informatique d’une structure. Effectivement, cela a aussi des répercussions sur les finances de la société. Ce sont là des impacts qui ne sont pas négligeables. En effet, étant donné les dégâts opérationnels et informatiques engendrés par une cyberattaque, les dépenses peuvent se chiffrer à plus de 95 000 euros. Pour les entreprises de petite taille, cela peut être fatale. Certes, ce problème peut conduire le dirigeant à mettre la clé sous la porte.

Au-delà des mesures préventives, la structure devra se faire accompagner d’un expert IT de suite. Ce dernier s’occupera d’identifier l’origine de l’attaque. Il trouvera les données touchées par le problème et se chargera de réparer la faille s’il y a lieu. Par ailleurs, il est également important de se faire assister par un conseiller en communication lors de la période de crise. Ce personnage hautement qualifié pour sa part contrôlera les répercussions de l’attaque sur la réputation de la société. Il pourra revêtir le rôle d’avocat afin de gérer les relations avec les tiers et les régulateurs.

Arrêter de suite la propagation

Lorsqu’une cyberattaque réussit, le temps joue contre l’entreprise et ses salariés. Ainsi, il convient de réagir le plus tôt possible pour éviter que les dégâts ne s’étendent. D’ores et déjà, il est nécessaire de déconnecter les dispositifs connectés du réseau. Il en est de même de tous les terminaux reliés et des disques durs. De ce fait, les pirates ne pourront pas sonder le réseau informatique en profondeur. Ainsi, ils ne pourront pas surveiller les salariés et ils n’auront pas l’opportunité d’apporter des modifications aux fichiers. Toutefois, il ne faut pas éteindre les terminaux. Indubitablement, cela pourrait détruire les éléments de preuve relatifs à l’attaque. Ce sont de précieux données à utiliser en cas de plainte.

Neutraliser l’attaque dans les plus brefs délais

Parfois, l’entreprise ne dispose pas d’experts qui soient capables de l’aider dans la gestion de la crise provoquée par la cyberattaque. Ainsi, dès que les dispositifs sont déconnectés, il convient de contacter de suite les prestataires externes afin qu’ils puissent neutraliser les attaques informatiques. Cela ne rejoint pas l’idée susmentionnée consistant à faire appel à un professionnel de l’informatique. En effet, l’entreprise peut avant tout contacter ses assureurs. Ces derniers pourront la mettre en relation avec un réseau d’entreprises se spécialisant dans la résolution de problèmes informatiques. Certains experts interviennent en moins de 24 heures.