En Afrique, tous les secteurs d’activité connaissent un bouleversement profond du fait de l’usage de TIC et de l’expansion du numérique. Cela concerne le commerce, l’industrie, les services, mais aussi les autres domaines tels que l’agriculture.

Le rattrapage du numérique en Afrique

Le continent africain est encore au bas du classement en ce qui concerne le développement des TIC ou Technologies de l’Information et de la Communication. Toutefois, l’usage de ces TIC connait une forte hausse ces dernières années. Ne serait-ce que pour l’usage du téléphone, force est de constater que l’Afrique affiche la meilleure progression. De 2005 à 2015, le continent recensait un total de 900 millions d’appareils numériques utilisés par les usagers dont 200 millions de smartphones. Ainsi, la communication explose sur le continent africain avec une progression encore plus important en termes de connexion.

Sur le secteur sanitaire

La santé est un domaine qui fait preuve d’avancées notables en termes de dépistage, de prévention et d’accès aux soins. Ce développement est aussi en partie dû à l’avancé du numérique en Afrique. Effectivement, avec le recours aux technologies, les distances se réduisent et le manque de personnel ne semble plus poser problèmes Il en est de même des infrastructures sanitaires. Les kits d’examen font leur apparition et ils sont associés à la photographie haut de gamme pour permettre aux médecins de poser de meilleurs diagnostics à distance. Ce qui permet aux thérapeutes de prescrire des traitements précoces. Ce sont ces évolutions notables qui ont permis de dépister l’Ebola au Nigeria et au Rwanda. De même, les drones ont pu permettre le parachutage des poches de sang afin d’anticiper les hémorragies post-partum et ce ne sont là que des exemples parmi tant d’autres. Cependant, les infrastructures routières constituent encore le frein du développement numérique dans les pays d’Afrique.

Au niveau de l’éducation

En Afrique, l’éducation est un autre secteur sur lequel s’applique les nouvelles technologies. Les élèves ont mis plusieurs décennies avant de pouvoir accéder à un ordinateur individuel. À ce jour, ils peuvent user d’internet pour effectuer des recherches sur les thématiques étudiées à l’école. Actuellement, les universités en ligne sont même disponibles dans de nombreux pays africains et les étudiants ont désormais la possibilité de suivre des cours à distance. Ces universitaires peuvent recourir aux petites plateformes portables leur permettant d’accéder à du contenu gratuit via le Wifi. Même en Afrique, les téléphones mobiles et les tablettes servent à suivre des cours pour un apprentissage facile et plus rapide. Le seul problème serait l’accès à l’électricité qui reste encore difficile dans certaines régions. Pourtant, sans électricité, il est difficile de profiter de tous les outils offerts par le numérique.

Sur le secteur financier

Les innovations sont flagrantes sur le plan financier en Afrique. C’est notamment le cas pour les assurances, les banques, les bourses ou encore le transfert d’argent. Les plateformes proposant l’accès au paiement numérique connaissent un essor considérable ce qui traduit la mutualisation s’opérant au niveau des infrastructures. Il est dorénavant possible de recevoir et de transférer de l’argent via les téléphones portables. Ces opérations permettent même aux particuliers d’accéder à du microcrédit à intérêts réduits. En outre, il est possible de payer différentes factures dont celle de l’électricité et de la télévision satellite rien qu’en usant de son portable. La population peut régler les achats au supermarché sans devoir recourir à la monnaie courante. Le paiement par Mobile Money est la nouvelle tendance en Afrique. Il faut même dire que les pays africains font à l’image des pays développés en œuvrant avec des marketplaces pour la vente et la livraison de divers articles en ligne.

L’aménagement urbain et la gestion

Ce sont là encore des secteurs qui connaissent de grandes transformations en Afrique depuis l’expansion des TIC. Ne serait-ce qu’au Kenya, les projets de villes intelligentes gagnent de plus en plus de terrain. Il en est de même au Nigeria avec Atlantic City. Les villes bénéficient alors des technologies numériques pour optimiser l’efficience des services publics. Ce qui se fait grâce à certaines actions dont la numérisation du cadastre ou encore à l’amélioration de la sécurité grâce à la vidéosurveillance. Les incidents peuvent même être signalés grâce à diverses plateformes et applications. Ainsi, il sera possible d’effectuer des interventions et dépannages à distance.