Growth hacking : la nouvelle stratégie de marketing pour les start-up

Growth hacking

En perpétuel évolution le monde de la technologie ne cesse d’impressionner. Internet est LA révolution de cette décennie. Grâce à elle des métiers se créent chaque année. Parmi eux, le growth hacking. Mais en quoi consiste exactement ce métier ?

Définition

Un métier du web, le growth hacking, une nouvelle stratégie de marketing. Inventé par Sean Ellis en 2010, sa particularité est qu’il est utilisé sans débourser aucun rond. Son principe est simple : la croissance. Le concept clé du growth hacking est donc de faire connaitre une entreprise ou inciter à l’achat d’un produit en utilisant des systèmes D d’e-marketing. Dédiés pour les entreprises qui n’ont pas (encore) de budget alloué pour le marketing, les start-up sont les plus attirées par cette technique. Les réseaux sociaux sont  les supports les plus répandus pour son utilisation.

Le growth hacker

Le terme growth hacker, designe la personne qui effectue le growth hacking. Assemblage de deux termes anglais :

  • Growth ou croissance en français. Etant donné que le but du growth hacking est la croissance.
  • Hacker, car le growth hacker use des nouvelles technologies pour l’effectuer.

Il doit avoir des compétences précises :

  • Avoir des connaissances dans les technologies.
  • Connaitre les cibles de la stratégie marketing.
  • Maitriser les supports de e-marketing, qui seront les leviers de la croissance : les réseaux sociaux, SEO … etc
  • Etre imaginatif et avoir des idées innovantes.

Vous pouvez retrouver plus d’information sur le profil du growth hacker, sur www.presse-citron.net/intoduction-au-growth-hacking/

Le modèle AARRR !

Généralement, le growth hacker s’appuie sur le modèle de Dave McClure : le schéma AARRR.

  1. Acquisition : la première étape est d’attirer des nouveaux prospects. Cette étape est réalisée à l’aide des canaux de base du e-marketing : les réseaux sociaux, l’emailing, les relations de presse, SEO, SEM, les applications …
  2. Activation : cette étape consiste à faire agir les prospects : inscription au site, inscription à une newletter …
  3. Rétention : le visiteur doit être incité à revenir, le canal le plus utilisé dans cette étape est l’e-mailing.
  4. Référent : cela consiste à utiliser le prospect comme médiateur de communication : partage, invitations sur des réseaux sociaux…
  5. Revenue : la dernière étape consiste à ce que le prospect débourse de l’argent pour acheter le produit, le service.

De nombreuses start-up ont déjà utilisé des techniques de growth hacking. Comme Facebook a réussi à dépasser la barre d’1 milliards d’utilisateurs mensuels actifs www.quora.com/What-is-Facebooks-User-Growth-team-responsible-for-and-what-have-they-launched