Le site multilingue est un véritable outil qui permet de communiquer avec de nombreux utilisateurs. Il est utile et surtout rentable à condition de s’en servir à bon escient. Cependant, ce dispositif qui semble indispensable nécessite-t-il un investissement au préalable ?

Définir les cibles primaires et l’audience

La création d’un site web s’adresse à un public qui se compose de plusieurs personnes aux cultures diversifiées. Il faut respecter cette diversité dans le cadre de la conception d’un site multilingue. Ainsi, cette étape est quelque peu complexe. En effet, il ne faut pas oublier qu’à un milieu donné correspond des codes bien définis en termes de formulation, de sémantique ou encore de couleurs.

Dans un pays, les éléments en provenance d’un autre pays peuvent être vus de manière négative. Dans cette optique, il est de rigueur de procéder à une analyse du marché ainsi qu’à un benchmark. Le but est de parvenir à l’adaptation du message envoyé à chaque pays. Ce qui ne demande pas forcément de gros moyens financiers. Toutefois, il convient de mener des recherches assez profondes sur internet.

La création de contenu de qualité pour les internautes

Créer un site web multilingue ne signifie pas d’emblée investir de l’argent. En effet, une des premières choses à faire est plutôt celle de rédiger le contenu en choisissant une langue primaire. Le plus souvent, l’anglais est de mise. Ensuite, il faudra traduire les contenus dans de nombreuses autres langues.

Ici, les jeunes porteurs de projet ont tendance à se tourner immédiatement vers les traducteurs automatiques proposés par Internet. Ce qui est une mauvaise idée, car la qualité de traduction est souvent assez insatisfaisante. Il est mieux de travailler de concert avec un ou des traducteurs professionnels. Cette étape peut être assez coûteuse sauf si le concepteur de site dispose de bonnes adresses amicales dans le milieu.

En somme, il faut que le contenu soit pertinent et naturel pour les lecteurs. Il doit être adapté à la langue cible suite à la traduction. Cette étape est plus connue comme étant la localisation du contenu. L’objectif est de toucher le public ciblé.

Trouver une plateforme

Créer un site multilingue signifie aussi opter pour une plateforme. Il faut déjà la trouver au préalable. Ainsi, il convient de dire que le travail de création est ici long, compliqué et fastidieux. La variable financière n’est pas encore incluse dans l’ensemble. Il convient encore d’analyser les aspects fonctionnels et techniques qui nécessitent une certaine attention. Ainsi, il faut une optimisation SEO en fonction du pays. Il est aussi nécessaire d’avoir une indexation de la version du site dans la langue originale. Il convient encore de disposer d’une interface avec un graphisme qui change en fonction du pays.

Le site requiert encore des contenus multimédias et textuels divers. Certaines pages doivent être traduites au préalable. De ce fait, le travail en amont est notable et la liste n’est pas exhaustive. Néanmoins, les travaux requièrent peut-être un semblant d’investissement. Aussi, autant se préparer. Il est souvent plus facile de créer un site multilingue en usant de WordPress.

Communication et information des acteurs

Voici un point important qu’il ne faut surtout pas négliger. Il convient de gérer le projet en compagnie des interlocuteurs et acteurs ayant contribué à sa réalisation. Certes, créer un site multilingue nécessite souvent l’intervention de nombreuses entités et acteurs qui se disséminent dans le monde.

De ce fait, il convient d’être organisé de manière optimale pour assurer une compréhension réciproque entre toutes les parties. Pour ce faire, il vaut mieux faire usage des bons outils de gestion de projet. Ces derniers doivent être complets en fonction de la méthodologie qui a été adoptée. Puis, il faut élaborer un planning détaillé évoquant les acteurs les tâches et le temps imparti. Ce programme doit être partagé avec les interlocuteurs. Les réunions doivent être sanctionnées d’un compte rendu affichant tous les détails.

À cela s’ajoute l’avancement sur le planning et la prise de décision ainsi que les décisions à prendre. Il est préconisé d’anticiper tant que faire se peut. Les acteurs doivent alors être tenus au courant de tous les évènements ou de toutes les nouveautés portant sur le projet. Il suffit de bien se préparer pour éviter les mauvaises surprises.