En tant qu’entreprise naissante ou en plein amorçage, une startup a souvent besoin de passer par multiples étapes avant de pouvoir rentabiliser son activité. Elle doit savoir s’adapter au milieu dans lequel elle veut s’implanter. Pour ce faire, tenir compte du contexte sectoriel est très important. Idem sur les tendances et réglementations en vigueur. Parmi celles-ci, on retrouve la transition écologique. Une startup a-t-elle sa place pour demain ? Si oui, comment doit-elle s’y prendre pour avancer sans reculer ?

Les accompagnements pour les startups

Aux startups françaises, plusieurs acteurs de taille comme Cleantech et Greentech leur offrent la chance de se développer via un concours. Celles-ci auront à présenter leur vision innovante et professionnelle à travers un solide dossier bien structuré. Tous les thèmes et services sont permis, allant des produits matériels aux prestations immatérielles. En ce qui concerne le label Greentech, il jugera de la faisabilité et du sérieux des projets soumis.

A noter que l’ADEME (l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) soutient les startups de Cleantech et de Greentech, que ce soit sur le plan financier ou humain. Celle-ci met à disposition des professionnels aguerris disposés à jauger la faisabilité d’un projet et à échanger des avis constructifs avec les créateurs. Pour le financement, elle les assiste en leur fournissant le nécessaire à travers des appels à projets nationaux ou le PIA (Programme des investissements d’avenir) de la transition écologique locale. Les offres peuvent prendre la forme de subventions, de fonds propres ou d’aides à rembourser.

Faire de la vision green son activité

Pour obtenir l’assistance proposée par l’ADEME et la PIA, une startup doit idéalement proposer un projet porté transition écologique ou énergétique (énergies renouvelables, efficacité énergétique, ville durable, transports propres, économie circulaire, finance verte, etc.). Pour cause, on vit à l’ère de la révolution « green ». Autant donc suivre le courant pour le bien de la planète et pour briller aux yeux des investisseurs. Parmi les startups qui ont réussi leur incursion, on retrouve Ilek (plateforme de vente et d’achat d’électricité renouvelable), K-Ryole (développeur de la remorque électrique intelligente pour vélo), ou encore Ecosec (gestionnaire de déchets).

Grosso modo, l’avenir des startups suivant la transition écologique est assez prometteur. À l’heure des innovations écologiques, toutes idées de développement green sont généreusement accueillies par l’Etat et les grands acteurs du vert. Présentement, c’est l’occasion pour toute initiative « éco » de se montrer et de se forger un avenir.