L’heure est à la réforme et le numérique n’y dérobe pas. Avec les nouvelles perspectives qui se profilent, le WebRTC – Web Real-Time Communication en profite pour faire son incursion. Cette récente technologie s’en vient rafraîchir les standards de la communication en temps réel, surtout au niveau des entreprises.

Le WebRTC : quèsaco ?

Littéralement, le Web Real-Time Communication ou communément WebRTC est un outil Framework dédié à une communication Web ouverte et instantanée. Il s’agit d’un projet open source lancé en 2011.

Ses spécificités ? Il supporte les streaming audio et vidéo et autorise le partage de fichiers. Pour cela, il utilise ses 3 APIs (interface de programmation) basées sur JavaScript et HTML5. Les APIs qu’il mobilise sont : GetUserMedia (pour la webcam et le micro), PeerConnection (pour l’envoi et la réception de médias), et DataChannels (pour l’envoi de fichiers non médias). Le protocole et ses APIs se trouvent sous la gestion du W3C et de l’IETF.

Le WebRTC : pour quoi faire ?

Cet outil se distingue pour sa facilité d’utilisation. En cliquant sur un bouton, on peut lancer depuis un navigateur web une discussion (vidéo et audio) en temps réel. Son fonctionnement repose sur une communication simplifiée pair-à-pair. Sans contraintes, cet outil vous déleste de l’usage des modules d’extension de communication web comme Slack, Skype ou Discord. Et il ne nécessite ni installation, ni inscription, ni plug-in pour fonctionner.

Le WebRTC se veut basique. Mais il se veut également sécurisé. Effectivement, il use de la méthode DTLS (Datagram Transport Layer Security) pour assurer la sécurité des données partagées. Ce qui signifie : pas d’écoutes téléphoniques, pas de falsification ou de piratage de fichiers.

Le Web Real-Time Communication : fonctionnement ?

Cet outil se présente comme une trame de logiciels reliant plusieurs applications entre elles dont voix IP. Il met en relation des utilisateurs A et B à travers un système de demande de connexion, d’un navigateur à une autre. Ces deux protagonistes pourront ainsi établir une liaison pair-à-pair (P2P) bi-directionnelle et directe. Pour régler des problèmes de Firewall/NAT, le WebRTC utilise des serveurs facilitateurs comme STUN. Tout cela va permettre à A et B de partager un canal de communication propre à eux deux et d’échanger des données.

A noter que cette technologie de communication naissante s’implémente déjà sur différents navigateurs (mobile et de bureau) dont Firefox (22+), Opera, Chrome (23+), et les navigateurs d’usine Android et iOS.

Aujourd’hui, le WebRTC s’adresse surtout aux professionnels du numérique (développeur web, ingénieur informatique, etc.). Toutefois, il n’écarte pas une démocratisation pour un public plus large.