[et_pb_section admin_label= »section »][et_pb_row admin_label= »row »][et_pb_column type= »1_3″][et_pb_image admin_label= »Image » src= »http://rosemees.com/wp-content/uploads/2017/04/Programmation-neuronale-Definition1.jpg » alt= »Programmation-neuronale-Definition1″ show_in_lightbox= »off » url_new_window= »off » use_overlay= »off » animation= »left » sticky= »off » align= »left » force_fullwidth= »off » always_center_on_mobile= »on » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid » /][/et_pb_column][et_pb_column type= »2_3″][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Mise au point en 1972 par un professeur linguistique, la programmation neuronale, communément connue sous l’appellation programmation neuro-linguistique, étudie les excellents résultats obtenus par certains professionnels de la psychothérapie et de la communication. Ces derniers ont décidé de réunir en une seule méthode les éléments disparates identifiés chez les as de la communication afin de définir les termes d’un savoir-faire pouvant conduire à coup sûr au succès. Cette technique a connu une apogée en France et son enseignement a été assuré par des cadres, des négociateurs, des pédagogues ou encore des thérapeutes, mais également à tous ceux qui expriment le désir d’acquérir des techniques de communication efficaces, qui sont censés être applicables dans la vie quotidienne. La programmation neuro-linguistique, connue sous l’abréviation PNL, fait partie des thérapies brèves. Autrement dit, elle peut se faire en deux séances jusqu’à un maximum de deux ans de consultation. Lors de ce déroulement, le patient est invité à déterminer ses motivations ainsi qu’à fixer ses objectifs à atteindre au cours d’une séance. Pendant la séance, le thérapeute se met à observer le patient afin de savoir le système sensoriel à privilégier étant donné que chacun d’entre nous est soit visuel, soit auditif, soit kinesthésique, c’est-à-dire la perception de l’environnement principalement par la vue, l’ouïe ou ses émotions. Bref, la PNL mobilise les ressources de l’inconscient du patient.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]