Contrairement aux ordures du quotidien, les matériels informatiques ou DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques) ne doivent être jetés n’importe où et n’importe comment. La loi en prévoit un recyclage spécifique qui peut paraître complexe.

Pourquoi recycler les DEEE ?

Globalement, recycler les matériels informatiques est un geste écologique. Ces objets contiennent des composants toxiques dangereux nécessitant un tri spécifique. Pour ce qui est des produits gris des entreprises (ordinateur, téléphone, imprimante, fax, etc.), il faut les stocker, collecter, reconditionner, recycler et éliminer suivant les réglementations en vigueur. C’est essentiel si on souhaite arborer une image écologique, obtenir une preuve du traitement de ses DEEE et réduire sa facture numérique.

Un processus longuement complexe

Pour se débarrasser des matériels informatiques, deux choix se présentent aux entreprises :

Reconditionnement : les appareils (en état de fonctionnement ou aux composants recyclables) doivent être confiés à une institution de collecte (moyennant commission ou non). Un prestataire de reconditionnement certifié Ordi2.0 (un broker informatique, une entreprise ou une association de reconditionnement) les reprend ensuite pour être traités au regard de la directive DEEE de 2007. Autrement, ils peuvent être recyclés comme dons aux employés.

Traitement : les matériels hors service d’avant août 2005 devront être collectés et traités à la charge de l’entreprise par un prestataire dédié comme Veolia. Les machines datant d’après août 2005 sont à déposer dans un point de collecte de leur fabricant (à la charge du producteur). Elles sont ensuite prises en charge par le producteur en question (Apple, Hp, IBM, Dell, etc.). Ce dernier s’en remet alors soit directement à un prestataire de traitement comme Valdelec soit à un éco-organisme agréé (Écologique, Éco-systèmes, Recyclum) pour la suite. Pour le cas d’un éco-organisme, deux cas de figures possibles :

  • étude par l’organisme coordinateur OCAD3E et les collectivités territoriales avant traitement par un prestataire dédié ;
  • collecte et envoi des DEEE auprès d’une unité de traitement par un distributeur.

En 2016, 44,7 millions de tonnes de DEEE neufs ont été générés (selon un rapport de l’Université des Nations Unies). Seul 20 % des métaux de ces matériels (dont 1 % de métaux rares) ont été officiellement recyclés. Malgré une empreinte carbone planétaire réduite de 2,6 millions de tonnes en 2017, l’on se demande si ce mouvement de recyclage des DEEE va pouvoir un jour compenser l’impact de l’augmentation continuelle de la production de matériels informatiques et renverser la situation ?