Actuellement, il est possible de parler de révolution numérique en Afrique. Le potentiel de l’économie numérique africaine est notable. Ne serait-ce que pour le nombre de portables, il est arrivé à 350 millions en seulement 5 ans. Cependant, les entraves à cette avancée du numérique en Afrique sont encore nombreuses. Comment participer pour lever ces obstacles ?

Quelques solutions mises en place

Selon certaines estimations, la contribution du digital sera de 300 milliards de dollars sur le PIB américain d’ici 2025. Cela sera notamment possible du fait des gains de productivité en plus des retombées du commerce en ligne. Dans de nombreux pays africains, les moyens de paiement telles que le m-payement ou encore les caisses intelligentes sont digitalisés et ces solutions sont fondamentales sur l’économie de ce grand continent. Pour gagner en modernité, nombre de pays en Afrique ont compris qu’ils étaient tenus d’unir leurs efforts à ceux des porteurs de projets pour un développement effectif. En Tunisie à titre d’exemple, une solution portant sur l’intranet gouvernemental a été mise en place pour créer un lien entre toutes les administrations. Les solutions d’identité numériques sont également nombreuses à émerger, ce qui permet à chaque citoyen de jouir de ses droits. Par la même occasion, il pourra garder ses documents et gérer son bien-être ainsi que celui de ses enfants.

Numérique en Afrique : Miser sur les dispositifs digitaux

Les investisseurs comme les opérateurs privés ne sont pas en marge. Par exemple, le Backbone en Côte d’Ivoire a permis de procéder à l’installation d’un total de 700 km de fibre optique. Par ailleurs, un accès sera ouvert ce mois grâce au haut début de satellite. Ce qui aura un impact positif sur les zones enclavées à un excellent tarif.

Les solutions utiles et nouvelles sont apportées par les startups et les PME qui ont une place prépondérante dans l’innovation en Afrique. Depuis la grande avancée du numérique sur le continent, de nombreuses entreprises ont apporté des innovations dans le secteur de l’ingénierie, de la communication, de la santé ou encore de l’énergie. Au Nigéria par exemple, les africains qui ont des difficultés du côté de l’alphabétisation seront bien assisté par Omolabake Adente qui est un logiciel de reconnaissance vocale. D’autres organisations proposent des dispositifs de perfusion nantis d’une commande électronique afin de garantir la sécurité et la perfusion chez les enfants hospitalisés. Mais encore, des drones ont également permis le parachutage de poches sanguines pour sauver des vies. Ces petits dispositifs sont caractérisés par une autonomie de 150 km qui est expliquée par la puissance de leur batterie.

Les plateformes numériques et la formation des jeunes au digital

En plus de ces quelques initiatives, les startups et les pme françaises apportent également des solutions innovantes. Tel est le cas d’Esri qui se spécialise dans la cartographie indispensable à la prise de décision. C’est une idée qui est nécessaire aux entreprises comme aux organisations. Il s’agit d’un logiciel utile à la création de cartes ou encore de tableaux. Il sert aussi à proposer des itinéraires aux transporteurs. Par ailleurs, cet outil numérique sert encore à cibler la clientèle pour l’ouverture d’une boutique ou pour l’assistance d’une institution dans le cadre de l’aménagement d’un quartier donné. Il faut savoir que les potentialités sont très nombreuses. Il y a l’e-médecine, l’e-enseignement ou encore e-marketing. Dès lors, il est envisageable de parler de la multiplicité des effets du numérique. Les NTIC permettent d’accéder à l’information et à la connaissance. C’est une méthode qui ouvre sur divers systèmes d’enseignement dont le télé-enseignement ou encore le projet Worldspace.

Les spécialistes recommandent l’initiation des jeunes afin qu’ils puissent maîtriser le numérique. À leur tour, ils pourront apporter des solutions innovantes aux entreprises de demain. Des milliers de jeunes en Afrique doivent être formés sur le numérique qui est une véritable porte aux opportunités en Afrique. Ainsi, il faut comprendre que l’alphabétisme numérique est fondamental pour ce grand continent en voie de développement. Les cours d’informatique doivent être intégrés aux programmes scolaires. Bien que ce ne soit pas tout le monde qui ait besoin des TIC, la connaissance du numérique demeure un impératif pour qu’un pays puisse avancer. En outre, il serait bon de créer des plateformes d’apprentissage remplies de contenus pertinents. Ce n’est pas tout, car l’Afrique a aussi besoin de plateformes collaboratives pour permettre aux jeunes d’optimiser le leadership et la confiance en soi. Ce qui accroîtra la productivité de tout un chacun.