En France comme partout ailleurs dans les grands pays industrialisés, l’espionnage industriel est une réelle menace. Les pertes que ce phénomène peut engendrer peuvent être importantes pour une entreprise surtout pour une PME.

Espionnage industriel : état de la situation

Cet espionnage consiste en principe à découvrir et éventuellement à voler le « secret industriel » d’une entreprise. Cela en vue de créer un dysfonctionnement et un ralentissement dans son activité. Cela afin également d’appliquer une concurrence déloyale.

De nos jours, cet acte de détournement est facilité avec le pullulement des outils numériques et des pirates informatiques, ainsi qu’avec la fragilité de la sécurité du SI de l’entreprise. Aussi, les hackers ont plus de liberté dans leurs actions avec l’hébergement de données sur le Cloud, l’usage d’objets connectés et l’utilisation de matériels informatiques personnels.

Mais le plus grand souci est que les entreprises ne se protègent pas assez contre l’espionnage industriel. Souvent, elles ne se sentent pas concernées. Or, cette négligence peut leur valoir cher : perte d’argent, vol de données, image ternie par une perte de confidentialité des informations d’entreprise et de ses clients. Ce sont les PME et les PMI novatrices qui sont les plus exposées à ces actes de piratage. Leurs nouvelles idées attisent la convoitise et la curiosité de beaucoup. Aussi, elles sont les moins protégées faute de moyens. En France, elles représentent environ 71 % des entreprises victimes d’espionnage.

Comment parer l’espionnage industriel ?

La négligence est une porte béante pour l’espionnage industriel. Dès lors, il faut être prudent pour pouvoir parer toute tentative et éviter les éventuelles pertes. Une entreprise se doit en outre de mieux sécuriser ses données et son SI. Mais comment ? Elle doit réorganiser sa politique de sécurité et de sûreté. Le coût d’investissement peut sembler lourd à première vue mais cela lui permettra d’éviter des pertes financières plus importantes.

Aussi, il faut sensibiliser ses salariés sur la protection des données de l’entreprise. Chaque collaborateur doit avoir conscience des enjeux du piratage et de la sécurité informatique de l’entreprise. Si nécessaire, une charte de confidentialité devra être établie en interne. Cela évitera toute fuite de données. Une mesure applicable à cet effet : la DLP (Data Loss Prevention). Celle-ci présume le classement des données suivant leur sensibilité, le contrôle régulé des flux de données (accès, transfert, circulation), et la détection des éventuels dispositifs d’espionnage industriel.