Elon Musk co-fondateur de Neuralink, société secrète qui développe des interfaces cerveau-machine, a enfin présenté au public, certaines des technologies qu’elle développait pour la première fois. Le but de la société est de commencer éventuellement à implanter des dispositifs chez des humains paralysés, leur permettant de contrôler des téléphones ou des ordinateurs.

La première grande avancée concerne les « fils » flexibles, qui sont moins susceptibles d’endommager le cerveau que les matériaux actuellement utilisés dans les interfaces cerveau-machine. Ces fils offrent également la possibilité de transférer un volume plus important de données, selon un livre blanc portant le titre « Elon Musk & Neuralink ». Le résumé indique que le système pourrait inclure « jusqu’à 3 072 électrodes par matrice réparties sur 96 fils ».

Les fils ont une largeur de 4 à 6 µm (micromètre), ce qui les rend beaucoup plus minces qu’un cheveu humain. En plus de développer les fils, l’autre grande avancée de Neuralink est une machine qui pourrait les intègrer automatiquement.

De plus, Neuralink s’aligne sur une tendance plus innovante des esprits technologiques cherchant à fusionner leurs approches dans le monde de la santé. Facebook avait auparavant consacré des ressources à l’exploration de systèmes informatiques avec lesquels les gens pourraient communiquer simplement en réfléchissant.

La start-up envisage de percer des trous dans le cerveau avec une machine personnalisée pour intégrer des fils minces se connectant à un petit processeur, qui peut ensuite être connecté à un smartphone via Bluetooth. Avec le temps, il souhaiterait simplifier la procédure d’installation, par exemple comme une chirurgie au laser.

La société cherche à obtenir l’approbation de l’US Food and Drug Administration pour commencer les essais cliniques dès l’année prochaine, a déclaré Bloomberg. Musk a indiqué que la jeune entreprise souhaitait que son premier patient humain soit équipé de la technologie d’ici la fin de 2020.

« Cela prendra beaucoup de temps mais vous le verrez venir », a déclaré Musk. Il a déclaré qu’à l’avenir, il pourrait y avoir un « App Store » pour différents programmes pouvant exploiter la technologie.

Neuralink opère dans un secret relatif depuis que Musk, PDG de Tesla et cofondateur de PayPal, a exposé les idées de la start-up dans un long article sur le blog de Tim Urban, « Wait But Why », en 2017.

« Notre objectif est de mettre sur le marché quelque chose qui aide dans certaines lésions cérébrales graves (accident vasculaire cérébral, lésion cancéreuse, congénitale) dans environ quatre ans », a déclaré Musk à Urban.

Musk pense que la technologie pourrait éventuellement aider les capacités cognitives telles que la parole et la vue, selon le New York Times. D’après Philip Sabes, chercheur principal chez Neuralink, les applications permettent aux utilisateurs de contrôler leur activité cérébrale ou à restaurer leur capacité de parler.

Musk a déclaré que les gens pourraient communiquer entre eux en utilisant la technologie via une sorte de télépathie. Il a cependant une ambition plus grande. Il a déclaré qu’il espérait « aider à assurer l’avenir de l’humanité en tant que civilisation relative à l’IA », ou intelligence artificielle.