Atelier éco-marketing : comment bien marketer un produit ?

Il n’est jamais trop tard pour prendre la radicale décision de se mettre au vert. Des ateliers sur l’éco-engagement sont souvent organisés afin d’épauler les directeurs marketing et les chefs d’entreprise dans leurs démarches écologiques. C’est toute la stratégie commerciale qui est remise en cause et sans se voiler la face, la quête du « Graal » n’est pas sans embûche. Parmi les nombreux thèmes proposés en atelier, la question du « comment bien marketer un produit ? » est relevée. Voici toutefois un aperçu des astuces pour lancer un produit écolo.

L’honnêteté à tout prix

La vente d’un produit bio ou écolo doit avant tout reposer sur la véracité de ce qu’il prétend. Lorsqu’on veut mettre les pieds dans la contribution à l’environnement, il faut se mouiller jusqu’à la tête. Ceci sous-entend que le produit, avant même qu’il ne soit étalé et présenté au public, doit passer par un cycle orchestré par les lois environnementales. Tout commence par le choix et l’acquisition des matières premières.

Ensuite s’ensuivent les méthodes de fabrication, d’emballage et de transport. L’entreprise qui clame être « verte » doit également penser au mode de mise au rebut ou au recyclage du produit lorsque celui-ci arrive en fin de vie. Bien évidemment, ce processus écologique doit être reconnu et pour se faire la marque doit soumettre un dossier concernant son produit auprès de l’AFNOR. Cet organisme gère à la fois les écolabels et les certifications NF. Une fois cette démarche engagée, il faut s’attendre à de rigoureux cahiers de charges, mais aussi des frais intéressants de dossier. Oui, l’honnêteté a vraiment un prix.

Une publicité adaptée du produit, mais pas que !

Après avoir obtenu les certifications ou les écolabels, le produit en question peut fièrement porter les logos sur son emballage. En parlant de l’emballage, c’est le visuel écolo que le consommateur verra en premier. La stratégie commerciale traditionnelle semble toujours s’appliquer ici. En effet, les clients ont toujours tendance à flasher sur le packaging. Le rôle du marketeur serait donc de créer un emballage à la forme attrayante, mais respectueuse de l’environnement. C’est tout un travail qui demande de l’ingéniosité. Bien des marques ont réussi à passer ce cap et elles continuent à poursuivre leur chemin pour trouver le packaging « vert » original fidélisant la clientèle. Place ensuite à la publicité ! Elle doit être soignée et animée d’un bon argument. Afin de mettre toutes les chances de son côté, la marque doit effectuer quelques tests en partant par exemple d’un petit groupe de clients. Leur impression et leurs avis comptent beaucoup pour corriger les défauts.

Marketer, c’est toucher aussi tous ceux qui sont concernés par le produit. La communication éco-responsable tient une place majeure dans ce contexte. Le rituel veut que l’entreprise communique aux consommateurs ses valeurs écologiques. C’est une très bonne initiative qui d’ailleurs a déjà été utilisée par bon nombre de marques. Mais cela ne suffit pas. La marque doit également inciter ses consommateurs à adopter une attitude responsable.