Dans un monde entièrement connecté, il est indispensable pour les entreprises de disposer d’un site e-commerce afin de booster les ventes. Mais pour se développer à l’international, on doit se tourner vers la solution multilingue. Cela permet à l’entreprise de se démarquer des autres concurrents grâce à une visibilité accrue sur le web et une meilleure expérience client.

Dans cet article, on ne va pas s’attarder aux atouts du site multilingue, on va plutôt parler de sa gestion. Il existe plusieurs techniques pour structurer et gérer son site multilingue, chacune d’entre elles pouvant influencer de façon significative l’expérience client et la recherche côté utilisateur.

Le choix de la structure

Le choix de la structure pour votre site multilingue dépend en réalité de vos compétences ainsi que vos ressources. D’autres facteurs doivent également être pris en compte, notamment l’historique de votre site (si votre entreprise en dispose déjà) et le type de contenu de votre page web. Si les utilisateurs de votre site viennent de plusieurs pays et que vous disposez d’un budget assez conséquent pour investir pour un site disponible sur plusieurs domaines, optez pour la gestion structurée en domaine par langue. Par contre, si vous cherchez une solution plus économique et que vous ne disposez pas de ressources humaines requises pour assurer la gestion du site, optez pour la gestion en sous-domaines ou en dossiers.

Site multilingue : Structurer le site par pays

Pour une gestion plus simplifiée de votre site, il est plus pratique de la structurer en fonction d’un ciblage géographique.

Opter pour la stratégie multi-domaine consiste à créer un nom de domaine distinct pour chaque pays dans lequel votre entreprise compte s’implanter. Chaque site disposera donc d’un contenu unique qui convient parfaitement aux particularités locales.

Le principal atout de cette technique, c’est que les sites sont entièrement autonomes. En plus, elle génère plus de confiance auprès des utilisateurs et permet une meilleure optimisation SEO. En effet, la stratégie multi-domaine permet d’analyser les différents comportements d’achat des visiteurs et d’offrir une meilleure expérience client avec plus de proximité.

Toutefois, cette méthode requiert un investissement assez conséquent de votre part. De plus, pour chaque modification que vous allez apporter au contenu, vous devez mettre à jour plusieurs sites, ce qui demande beaucoup de temps. De plus, comme chaque domaine est référencé de manière indépendante,  le site local ne peut pas bénéficier de la popularité ou du trafic des autres domaines destinés pour les pays étrangers. En définitive, la gestion multi-domaine est un travail fastidieux et couteux. Toutefois, si vous ne voulez pas perdre du temps pour la mise à jour, vous pouvez organiser la gestion multi-site à partir d’un seul back-office.

Un site web principal avec sous-dossiers

C’est la solution la mieux adaptée  surtout si votre entreprise dispose déjà d’un site e-commerce qui a été mis en ligne depuis longtemps. En effet, créer un autre domaine peut porter confusion aux utilisateurs et ainsi nuire à la notoriété de votre entreprise. En plus d’être pratique, la stratégie sous-dossier est également plus économique. En effet, sa gestion requiert moins de travail comparé à l’approche par domaine ce qui en fait la technique la mieux adaptée pour les PME.

Concrètement,  l’approche par dossier consiste à opter pour un nom de domaine standard et créer des sous dossier pour chaque langue. Vous pourrez ainsi continuer à bénéficier du site principal tout en vous ouvrant à de nouvelles opportunités à l’étranger.

Pour gérer les sous-dossiers, vous pouvez utiliser Google Webmaster Tools. Après avoir créé les sous-dossiers, vous devez préciser leur situation géographique grâce à l’outil de géolocalisation et les rediriger vers le site principal.

Site multilingue : L’approche sous-domaine par langue

C’est une alternative intéressante si vous ne disposez pas de moyens financiers et humains suffisants pour assurer la gestion de plusieurs sites. Cette approche est plus simplifiée comparée à la stratégie multi-domaine. Concrètement, elle consiste à créer des sous-domaines pour chaque langue. Cette technique est plus simple à appliquer comparée à l’approche multi-domaine et en même temps elle permet une séparation plus rigide entre les langues contrairement à la méthode par répertoire. En effet, avec la gestion en sous dossiers, les langues sur votre site peuvent parfois se retrouvées mélangées même si vous utilisez des balises hreflang.

Malgré ces atouts pratiques et financiers,  cette technique présente toutefois des inconvénients, notamment au niveau du référencement. En pratique, c’est comme si votre site dispose de plusieurs version sur les moteurs de recherche. Cependant, tout dépend du maillage, si celui-ci est effectué avec une certaine rigueur, Google pourra conclure facilement que les sous-domaines appartiennent en fait à un seul site. Cela dit, vous devez néanmoins déployer les grands moyens SEO si vous souhaitez optimiser un site multilingue structuré en sous-domaines. En définitive,  l’unique atout de l’approche sous-domaine, c’est qu’on peut facilement lancer un site multilingue en se basant sur cette technique, et ce même avec peu de moyens.

Les erreurs à éviter au moment de la création du site

Au moment de la création de leur site e-commerce, il faut déjà envisager une possibilité pour l’entreprise de développer son e-commerce à l’international et donc de prévoir un nom ou un domaine par pays. En effet, au départ les activités de bon nombre d’entreprises sont limitées au marché local. Ce n’est qu’après des années de prospérité qu’elles décident de se développer à l’international. Le problème pour ces entreprises, c’est qu’elles lancent leur site avec une extension en .com, ce qui peut être problématique lorsque l’entreprise envisage de se développer dans d’autres pays.

En pratique, quand un site a marché pendant un certain temps avec une extension en .com, il est difficile de rediriger le contenu vers d’autres domaines en .fr ou en .de, du fait que le site principal a déjà un historique bien chargé avec des milliers de backlinks. Pour bien gérer un site multilingue, il est préférable de créer au préalable un domaine par pays, par exemple : site.fr pour un contenu français, site.de pour un contenu allemand et site.es pour un contenu espagnol.