Home Blog

Utilisation du Big Data dans la stratégie marketing de l’entreprise

0
Utilisation du Big Data dans la stratégie marketing de l’entreprise

Le but premier d’une stratégie marketing est de faire adopter un produit ou un service à des consommateurs cibles. Elle vise aussi la pérennité de l’activité de l’entreprise par sa valorisation et l’accroissement de son rendement. De nos jours, les responsables marketing usent divers outils pour établir de bonnes stratégies BtoB. Parmi les plus prisés du moment, on a le Big Data et ses diverses utilisations.

Le Big Data pour comprendre les consommateurs

En adoptant le Big Data, les marketeurs BtoB auront à disposition et en temps réel de précieuses données concernant leurs prospects cibles. Ils pourront ainsi analyser leurs comportements : achats, fréquence d’usage de canaux, mouvements sur réseaux sociaux, etc. Dès lors, ils leur seront plus faciles d’affiner leurs études et d’établir des profils globaux de clients.

Pour personnaliser l’expérience client en ligne

Savoir ce qu’attendent réellement ses clients permet à une entreprise de leur proposer de « juste mesure ». Celle-ci pourra leur fournir via un site web ce qu’ils recherchent en termes d’informations. Elle aura aussi la possibilité de leur proposer des contenus personnalisés par profil d’utilisateur.

Utilisation du Big Data pour fidéliser le client

Connaître les envies de ses prospects permet aux marketeurs BtoB de les brosser dans le sens du poil. Leur offrir ce dont ils ont besoin, sert en premier lieu à les attirer et à les fidéliser. Le Big Data permet également de repérer sensiblement les intentions de désengagement des clients déjà abonnés. Cette donnée devient alors utile dans le lancement de campagnes de réengagement et dans la réduction du taux de Churn (perte de clients).

Pour ajuster ses campagnes marketing

Sur base d’une analyse des données du Big Data, un staff marketing pourra appliquer des campagnes ciblées et pertinentes au niveau d’un canal de communication donné. Ces marketeurs peuvent utiliser l’e-mailing, le lead nurturing, et les campagnes retargeting ou programmatiques.

Pour anticiper les tendances du marché

L’analyse prédictive sur Big Data permet de mieux comprendre les tendances de marché futures en s’appuyant sur les points d’intérêt des cibles. Cela aide à avoir une longueur d’avance sur les besoins des prospects.

La seule condition à la bonne mise œuvre de ces actions marketing est une bonne interprétation des données massives du Big Data avec des outils de gestion adaptés et performants.

Sécurisation des données : les nouveaux défis

0
Sécurisation des données : les nouveaux défis

Ce que nous devons savoir dans le monde de la sécurité des données, c’est que les menaces augmentent au fur et à mesure que les technologies progressent. Les grandes comme les petites entreprises subissent continuellement les frais des attaques informatiques, malgré les solutions déjà mises en place. Cependant, la bataille avec les cybercriminels ne doit pas s’arrêter là. Au contraire, l’entreprise ne doit pas se laisse distancer des évolutions informatiques, en relevant les nouveaux défis.

Défi 1 : trouver des solutions pour protéger les données et leur accès

Pour qu’une entreprise réussisse à édifier un rempart protégeant ses données, elle doit appliquer le principe du « zero trust network » lors de l’élaboration de son architecture de sécurité. En effet, à l’heure du Cloud, les données de l’entreprise transitent depuis et vers le Cloud sans que les pare-feu ne puisse faire grand-chose.

Avec le modèle Zero Trust, l’entreprise ne doit avoir confiance ni aux utilisateurs à l’extérieur de son réseau, ni à ses salariés. Ceci implique que la meilleure stratégie pour sécuriser les données est celle de les protéger à l’aide de techniques de chiffrement s’appuyant sur l’intelligence artificielle. Oui, l’IA est capable d’autoriser ou non l’accès au réseau grâce aux données telles que l’identité de l’utilisateur, les habitudes de ce dernier ou encore la qualité de son terminal. Il est par exemple possible de refuser l’accès à un utilisateur qui se connecte depuis un PC qu’il n’utilise pas habituellement.

Défi 2 : sensibiliser les utilisateurs à la sécurité

Selon une étude menée par le cabinet PwC, 35 % des incidents de cybersécurité sont occasionnés par les collaborateurs en interne de l’entreprise. La négligence en est une des causes majeures. On peut illustrer l’image d’un salarié nomade qui expose son PC portable à des risques de divulgation de données sensibles, lorsqu’il se rend dans un lieu public pour travailler ou lorsqu’il sollicite un technicien pour la maintenance de son ordinateur. Pour remédier à ce problème, les entreprises ne se contentent plus d’effectuer le chiffrement des disques durs, mais tentent d’aller plus loin en chiffrant le système de fichiers (file system). C’est une approche qui vise à préserver la confidentialité des données sur le poste même si des prestataires réalisent des opérations de maintenance.

À ces deux grands défis doivent s’ajouter la mise en application des règles d’hygiène informatique telles que l’établissement de mots de passe complexes, la surveillance accrue des comptes donnant accès à des données sensibles ou l’installation immédiate de patchs de sécurité.

 

Réussir son système ERP : les étapes à suivre

0

On ne cesse de vanter les avantages d’un système ERP (Enterprise Resource Planning). Ces progiciels de gestion intégrée permettent d’améliorer l’algorithme de gestion d’une entreprise et ce, dans un nombre incalculable de domaines. Cependant, son implantation est loin d’être facile. Pour y parvenir, il faut passer par certaines étapes.

Etape 1 : définir les besoins de son entreprise

La première chose à faire avant d’intégrer des outils ERP dans la matrice de l’entreprise : bien évaluer sa situation via un audit. Vous devez analyser et chiffrer vos défis de croissance, les flux de travail, les besoins de vos divisions, les ajustements à apporter, etc. En tant que dirigeant de votre société, vous pouvez consulter vos collègues externes, vos employés, et un intégrateur de confiance pour vous aider à discuter des meilleures solutions ERP existants.

Etape 2 : confier l’implantation du système ERP à une équipe

Une fois le terrain préparé, vous devez officialiser le lancement de ce système en y assignant un chef de projet interne et une équipe en charge de l’étude et de la réalisation du projet. Dès lors, il sera plus facile de s’atteler à l’élaboration d’un plan de projet et d’un cahier de charges précis.

Etape 3 : choisissez votre ERP

Les étapes précédentes vous serviront à définir les besoins de votre entreprise en matière de gestion. Pour la suite, vous pouvez procéder au choix de la solution ERP adapté à votre société : open source ou en SaaS ?

Etape 4 : installer le système ERP

Cette phase consiste à la mise en place de l’infrastructure ERP. Cela peut requérir des modifications physiques dont l’installation d’un serveur d’hébergement de données pour une solution Open Source. Puis, il faudra impérativement passer par une phase de test. Cela permet de voir si le système répond aux attentes du projet. Pour cela, vous pouvez vous référer aux retours d’utilisation des usagers.

Etape 5 : former votre personnel à l’usage de l’ERP

Il est primordial que tous les employés de l’entreprise soient formés à l’utilisation de l’ERP. Ils doivent idéalement bénéficier d’une formation continue : individuelle et en groupe.

Etape 6 : assurer une veille du système ERP

Il est conseillé d’effectuer un examen du système au moins une fois par an. Cette action a pour but de déceler les éventuelles failles et les améliorations à apporter.

Les points très importants à vérifier pour mieux sécuriser vos données d’entreprise

0
Les points très importants à vérifier pour mieux sécuriser vos données d'entreprise

Une entreprise doit disposer d’un solide dispositif pour bien sécuriser ses données. En cas d’imprudence, celle-ci risque une perte et une altération de ses informations. De telles circonstances lui feraient perdre de l’argent et pourraient salir son image. Pour assurer une protection optimale de données, une entreprise devra passer à la loupe certains points importants.

Point 1 : vérifier la performance de son parc informatique

Mieux sécuriser des données en entreprise implique la vérification de l’état de son SI. Tous les matériels de son parc informatique doivent être parés de dispositifs de sécurité dont pare-feu, antivirus, antispams, etc. Il faut aussi que le hardware soit en bon état de marche. Les softwares doivent également être réglementaires et mis à jour.

Point 2 : examiner les accès internet de l’entreprise

Internet est une porte béante pour les cyberattaques. En cas d’inattention, les pirates et hackers n’hésitent pas à s’engouffrer par une brèche Web afin d’accéder et de corrompre vos données d’entreprise. Vous pouvez prévenir un tel scénario en vérifiant tous les points d’accès internet de votre entreprise. Si vous avez adopté un réseau multi-sites, vous pouvez optimiser votre niveau de sécurité en limitant le nombre d’accès, en vous équipant d’un VPN et en utilisant un pare-feu.

Pour ce qui est des bornes Wi-Fi, il faut en vérifier la confidentialité d’accès aussi souvent que possible. Il arrive parfois que certaines bornes soient non sécurisées au sein de l’entreprise et permettent un accès direct depuis l’extérieur.

Point 3 : s’assurer de l’abnégation de ses employés

Vos collaborateurs peuvent accidentellement exposer votre entreprise à un danger de perte de données. Vous pouvez éviter cela en les sensibilisant à votre politique de sécurisation de données. Autre point à vérifier : les applications Cloud personnels de vos employés. Ces derniers peuvent placer des données d’entreprise sur un espace de stockage web librement accessible ou sur un Cloud public.

Point 4 : connaître le système de sauvegarde adapté à son entreprise

Une entreprise dispose de plusieurs solutions de stockage et de redondance pour ses données. Elle peut notamment choisir un support physique comme un disque dur externe. Il faudra juste bien ranger ces supports de stockage. Elle peut aussi utiliser un logiciel SaaS comme un ERP ou le Cloud.

Les choses désormais réalisables grâce au big data

0
Les choses désormais réalisables grâce au big data

Dans le monde du numérique, rien ne se perd. Quand on envoie un message ou quand on publie une vidéo, ces données latentes sont toujours archivées quelque part. De nos jours, les informations générées par le consommateur sont emmagasinées et ont constitué le Big Data. Au début, ces données brutes ne présentaient aucun intérêt jusqu’au jour où elles ont servi de bases d’analyse dans le monde des entreprises.

Les bénéfices du Big Data dans le monde des entreprises et du marketing

Savoir exploiter le potentiel brut du Big Data permet à une entreprise de disposer de solides bases d’analyse du comportement des consommateurs.

Dans le secteur du commerce et du marketing, ces mégadonnées permettent de décrypter les besoins des prospects et des clients. Avec une bonne interprétation statistique, elles aident à déceler les potentiels flux de marché futurs et à anticiper les besoins des clients. Aussi, elles s’avèrent utiles dans l’élaboration de stratégies marketing pour vendre des produits/services et fidéliser les consommateurs.

Ces données massives ont permis ce qui était impossible à faire dans le domaine des entreprises auparavant : affiner les études de marché et disposer d’un avantage concurrentiel sur base d’une simple analyse prédictive des besoins du marché.

Le Big Data au quotidien

Le Big Data et ses données chiffrées serviront à des fins utilitaires dans l’univers du marketing et des entreprises.

Cependant, ces Data Science peuvent également être utiles à d’autres desseins. Ils rendent possibles aujourd’hui des choses que l’on croyait impensables auparavant. Parmi les exemples les plus concrets, ils peuvent aider dans l’anticipation des catastrophes naturelles. Pouvoir analyser les données de mouvements des océans peut servir aux chercheurs à prédire l’arrivée de désastres météorologiques comme un tsunami ou un typhon. Dans le domaine de la médecine, le Big Data sait aussi faire ses preuves. Ces grosses statistiques stockées peuvent servir de bases pour effectuer un diagnostic plus rapide des patients. Aussi, les données consommateurs peuvent déterminer si un patient suit ou non son traitement. Une analyse des Data Science sert aussi à prévoir l’apparition et le développement de certains virus, maladies et épidémies.

Et des exemple-typés comme ceux-ci, il y en a encore plusieurs. Le Big Data devient ainsi un outil qui est sûr de révolutionner le monde d‘aujourd’hui et de demain.

 

Les bonnes pratiques pour la sécurisation de vos données en entreprise

0
Les bonnes pratiques pour la sécurisation de vos données en entreprise

Au vu de la concurrence, plus d’une menace pèse sur une entreprise. À ne citer que les effets néfastes de l’espionnage industriel. Pour anticiper certains problèmes, une entreprise peut se protéger en sécurisant ses données. Pour ce faire, elle devra adopter quelques bonnes pratiques.

Pratique 1 de sécurisation de vos données : détecter les soucis de votre SI

Pour que ses données soient bien préservées, il importe d’utiliser un SI en bon état de marche. Un audit de sécurité peut suffire pour vérifier son bon fonctionnement. Ce dernier consiste à déterminer les forces et les faiblesses du SI. Ici, il faut passer en revue ses outils hardware (équipements) et software (logiciels).

Pratique 2 : protéger le matériel des pannes et des crash

Le meilleur moyen de sécuriser ses informations d’entreprise est de disposer d’un matériel performant et de qualité. Ces équipements doivent bénéficier d’un suivi régulier. Évitez de les affubler d’installations inadaptées. Il faut aussi les câbler sur des installations électriques parées contre les surtensions. Aussi, ils doivent être dotés de logiciels mis à jour.

Pratique 3 : se protéger contre des attaques informatiques

Pour se protéger, une entreprise doit utiliser de bons mots de passe : choisis avec soin et complexité. Elle doit aussi utiliser des logiciels de protection (antivirus, antimalware, antispyware) et des pare-feu. Autres bons gestes à adopter : ne jamais télécharger, ouvrir et installer des éléments provenant d’une source douteuse.

Pratique 4 : faire participer l’humain pour la sécurisation de vos données

La vigilance de vos collaborateurs vous permettra de limiter les portes d’entrée des attaques informatiques. Il faut que vos employés soient sensibilisés sur les bonnes pratiques citées précédemment.

Pratique 5 : disposer de plusieurs solutions de sauvegarde

Une entreprise doit posséder un système de sauvegarde qu’elle va mettre à jour régulièrement. Ici, elle a le choix entre deux solutions :

  • Sauvegarde physique : disque dur externe, clé USB, CD et DVD, ordinateur comme centre de sauvegarde commun
  • Sauvegarde dématérialisée : logiciels SaaS (dropbox, Google Drive, etc.) pour une sauvegarde dans le Cloud, serveur de sauvegarde ou Cloud privé auprès d’un hébergeur externe

Pratique 6 : faire un tri des ressources à sauvegarder

La CNIL (Commission Nationale de L’Informatique et Libertés) impose un temps de conservation limitée des données à caractère personnel. Dès lors, il est préconisé de trier et de contrôler les données à sauvegarder pour en optimiser la sécurisation.

Le Big Data et ses avantages

0
Le Big Data et ses avantages

Actuellement, on observe un fort accroissement de partage d’informations généré par les consommateurs. Ce phénomène de production non stop de données a abouti à la création du Big Data. Les entreprises et les marketeurs furent les premiers à trouver des fins utilitaires à ces mégadonnées. Ils s’en sont servis pour répondre à des besoins BtoB ou BtoC.

Le Big Data : c’est quoi ?

Chaque jour, on génère plus de 2,5 trillions d’octets de données à travers l’envoi de messages, le partage de vidéos, la consultation de données climatiques, l’enregistrement de transaction en ligne, l’usage de signaux GPS, etc. Ces diverses informations ne se perdent toutefois pas. Elles sont cumulées en forme brute et chiffrée quelque part. De cet enchevêtrement de données est né le « Big Data » ou Smart Data, Analytics et Data Science.

Le Big Data est un concept inventé par les géants du web comme Google, Facebook et Yahoo. Celui-ci est comparable à une archive géante accessible en temps réel par n’importe quel utilisateur. Il répond à une règle de traitement 3 V : un Volume de données phénoménales à traiter, une large Variété d’informations venant de différentes sources, et une Vélocité définie quant à leur traitement (création, collecte et partage).

Les avantages du Big Data

  • Pour une entreprise

Le Big Data est profitable aux entreprises. Il leur permet d’accéder à des données clients : historique d’achats, activité sur les réseaux sociaux, données de mouvement de carte de fidélité, etc. Ainsi, il les aide à identifier, analyser et exploiter les tendances de marché et les penchants des consommateurs.

Il peut être avantageux à une entreprise au niveau commercial, informatique et surtout marketing. Il facilite la mise en place d’une stratégie d’actions. Ces mégadonnées servent à améliorer l’expérience client, à comprendre et anticiper les besoins des prospects et des clients, et à réajuster les campagnes marketing. Aussi, il favorise l’affinage du ciblage client et contribue à une approche publicitaire efficace. L’adoption du Big data permet également l’amélioration de la chaîne logistique de l’entreprise.

  • Pour les clients

À travers une analyse de leurs comportements par l’entreprise, les clients peuvent bénéficier de services personnalisés. L’entreprise comprendra mieux leurs besoins et leur proposera naturellement des solutions sur mesure. Cela permet en outre d’améliorer l’expérience client et d’assurer son entière satisfaction. Cela crée alors une relation de confiance et de fidélité entre les acteurs concernés.

Espionnage industriel : les risques

0
Espionnage industriel : les risques

En France comme partout ailleurs dans les grands pays industrialisés, l’espionnage industriel est une réelle menace. Les pertes que ce phénomène peut engendrer peuvent être importantes pour une entreprise surtout pour une PME.

Espionnage industriel : état de la situation

Cet espionnage consiste en principe à découvrir et éventuellement à voler le « secret industriel » d’une entreprise. Cela en vue de créer un dysfonctionnement et un ralentissement dans son activité. Cela afin également d’appliquer une concurrence déloyale.

De nos jours, cet acte de détournement est facilité avec le pullulement des outils numériques et des pirates informatiques, ainsi qu’avec la fragilité de la sécurité du SI de l’entreprise. Aussi, les hackers ont plus de liberté dans leurs actions avec l’hébergement de données sur le Cloud, l’usage d’objets connectés et l’utilisation de matériels informatiques personnels.

Mais le plus grand souci est que les entreprises ne se protègent pas assez contre l’espionnage industriel. Souvent, elles ne se sentent pas concernées. Or, cette négligence peut leur valoir cher : perte d’argent, vol de données, image ternie par une perte de confidentialité des informations d’entreprise et de ses clients. Ce sont les PME et les PMI novatrices qui sont les plus exposées à ces actes de piratage. Leurs nouvelles idées attisent la convoitise et la curiosité de beaucoup. Aussi, elles sont les moins protégées faute de moyens. En France, elles représentent environ 71 % des entreprises victimes d’espionnage.

Comment parer l’espionnage industriel ?

La négligence est une porte béante pour l’espionnage industriel. Dès lors, il faut être prudent pour pouvoir parer toute tentative et éviter les éventuelles pertes. Une entreprise se doit en outre de mieux sécuriser ses données et son SI. Mais comment ? Elle doit réorganiser sa politique de sécurité et de sûreté. Le coût d’investissement peut sembler lourd à première vue mais cela lui permettra d’éviter des pertes financières plus importantes.

Aussi, il faut sensibiliser ses salariés sur la protection des données de l’entreprise. Chaque collaborateur doit avoir conscience des enjeux du piratage et de la sécurité informatique de l’entreprise. Si nécessaire, une charte de confidentialité devra être établie en interne. Cela évitera toute fuite de données. Une mesure applicable à cet effet : la DLP (Data Loss Prevention). Celle-ci présume le classement des données suivant leur sensibilité, le contrôle régulé des flux de données (accès, transfert, circulation), et la détection des éventuels dispositifs d’espionnage industriel.

 

ERP et sécurité des données d’entreprise

0
Les points très importants à vérifier pour mieux sécuriser vos données d'entreprise

Le fonctionnement d’une entreprise repose sur la gestion de nombreux éléments dont inventaire, comptabilité, RH, relation clients, commandes, etc. Chacun de ces éléments génère et traite d’importantes données. Pour assurer une bonne organisation de son activité, une entreprise devra alors pouvoir stocker et accéder facilement à ces informations. L’usage de logiciels ERP constituera une grande aide.

Qu’est-ce qu’un ERP ?

Un ERP (Enterprise Resource Planning) est un ensemble de progiciels de gestion intégrés. C’est un système servant à unifier en base de données unique les informations générées par l’entreprise et ses départements. Ce système et les données traitées sont accessibles à l’ensemble des employés. Il s’agit d’un répertoire commun et sécurisé où les informations sont à jour, complètes et justes.

L’usage d’un système ERP en entreprise permet de bénéficier de moult avantages. En premier lieu, ces logiciels offrent aux dirigeants une vue d’ensemble sur l’avancement des activités et des opérations en cours.

Les solutions ERP servent également à automatiser certaines tâches redondantes et contraignantes. Elles allègent le travail des employés et optimisent leur productivité. Elles facilitent aussi la collaboration entre les divisions de l’entreprise.

Mais le plus grand avantage d’un système ERP réside dans sa capacité à stocker et sécuriser des données. De plus, son fonctionnement répond aux lois imposées par le RGPD de l’UE (Union Européenne) et la CNIL (Commission Nationale de L’Informatique et Libertés).

ERP et sécurisation de données

Les logiciels ERP peuvent se passer d’une déclaration à la CNIL. Ils ne sont pas régentés par la loi informatique et aux principes de la CNIL. Ils sont juste sommés de respecter les prescriptions légales quant au stockage et au traitement des données à caractère personnel.

Un système ERP peut emmagasiner les données non sensibles des clients d’une entreprise. Ces informations se rapportent à leur identité, leurs données professionnelles et financières, leur situation familiale, la relation qui les lie à la société. Un ERP peut aussi stocker des informations confidentielles sur les collaborateurs dans un fichier GRH. À l’exception des données sensibles,  tout peut y être enregistré : détails de recrutement, gestion des compétences, rémunération, suivi de carrière, suivi de travail, etc.

Une entreprise peut stocker ses données sur un ERP en SaaS ou directement sur Cloud. Chacune de ces solutions présente de sérieux avantages de sécurité.

Comment protéger une entreprise contre le piratage informatique ?

0
Espionnage industriel : les risques

Les entreprises sont souvent les cibles des cybercriminels et les chiffres le prouvent. En 2018, 77 % des cyberattaques visaient les PME français et 57 % d’attaques par ransomwares s’adressaient aux PME de moins de 250 salariés. Les conséquences sont coûteuses pour les victimes, puisqu’en plus des pertes financières, leur réputation est entravée. Si le piratage informatique ne cesse d’innover, les mesures de sécurité doivent parallèlement l’être aussi. Alors comment s’y prendre ?

Sensibiliser les collaborateurs contre le piratage informatique

Il faut comprendre qu’il est difficile pour les hackers d’infiltrer les données protégées des entreprises lorsque celles-ci sont protégées par un système de sécurité bien architecturé. Pour le contourner, les pirates vont alors exploiter les failles humaines. En effet, les cyberattaques sont la plupart du temps dues à une erreur humaine. En cliquant par exemple sur un e-mail indésirable, le salarié peut vite inviter un pirate à pénétrer dans le réseau de l’entreprise. Pour éviter que cela ne se reproduise, les entreprises doivent sensibiliser leurs collaborateurs à travers les bonnes pratiques à suivre en matière informatique. Mais cela demande des rappels réguliers par l’affichage des règles spécifiques à la sécurité informatique et par la formation du personnel. Instaurer des mesures de surveillance des salariés est aussi un bon moyen pour réduire le risque de cybercriminalité.

Collaboration entre le DAF et les experts informatiques

La finance est l’un des domaines ciblés par les cybercriminels si bien que les responsables du secteur se doivent de renforcer leur vigilance. En tant que meneur, le DAF doit s’assurer que son personnel suive une formation continue sur les risques des cyberattaques. Il doit se montrer proactif et doit collaborer étroitement avec les experts de l’informatique pour se familiariser avec les questions de sécurité informatique, mais aussi pour s’impliquer davantage dans la gestion de la cybersécurité.

Conseils en cas d’attaque

Pour éviter que le risque ne se propage au sein de l’ensemble des activités de l’entreprise, celle-ci doit séparer les flux d’informations de chaque service. Par exemple, le service RH n’a pas besoin d’être connecté au service comptable. En segmentant ainsi les activités, les flux informatiques contaminés ne risquent pas de se propager vers les autres en cas d’attaque.

Les entreprises victimes de la cybercriminalité peuvent toujours faire une déclaration de l’incident auprès du service en charge. Par ailleurs, il est conseillé aux victimes de ransomware de ne pas payer la rançon, car les criminels peuvent augmenter les enchères et les données ne sont pas sûres d’être restituées. Enfin, les entreprises peuvent également souscrire un contrat d’assurance Cybercriminalité.